Florent Farge, nouvel allié du préfet de Lot-et-Garonne

Fraîchement arrivé de Corse, Calvi plus exactement, le nouveau sous-préfet d’Agen et secrétaire général de la préfecture a pris ses fonctions le 2 novembre dernier.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Florent Farge, nouveau sous-préfet d’Agen et secrétaire général de la préfecture de Lot-et-Garonne, sera l’ombre de Jean-Noël Chavanne.


Début octobre, nous apprenions le départ de Morgan Tanguy, secrétaire général de la préfecture de Lot-et-Garonne, en poste depuis plus de deux ans. Par décret présidentiel, il a été appelé à de nouvelles fonctions au ministère de l’Intérieur. Pour marquer son départ, une réception a été organisée en son honneur. L’équipe a reconnu « ses grandes qualités humaines et son engagement au profit du territoire ». Si le nom de son successeur, Florent Farge, était déjà connu, il a finalement été présenté le jour de sa prise de fonction officielle, mardi 2 novembre. Natif d’Angoulême, âgé de 42 ans, il arrive tout droit de l’île de Beauté, où il occupait le poste de sous-préfet de l’arrondissement de Calvi depuis mai 2019. « Le Lot-et-Garonne faisait partie de mes choix de prédilection, je suis donc ravi d’être affecté ici, en tant que sous-préfet de l’arrondissement d’Agen et secrétaire général de la préfecture, sous l’autorité de monsieur le préfet », déclare-t-il. Détenteur d’un master en droit public des affaires, obtenu à Sciences Po Aix-en-Provence, Florent Farge a débuté en tant qu’attaché parlementaire à l’Assemblée nationale, avant de consacrer une partie de sa vie professionnelle au service des collectivités locales. « J’ai notamment préfiguré, créé et dirigé la Maison départementale des personnes handicapées de la Charente, avant de devenir directeur des ressources humaines du Conseil général de ce même département pendant sept ans », raconte-t-il. En 2016, il s’installe du côté de Poitiers, où il devient directeur général adjoint des services de la communauté urbaine, en charge des questions liées à la jeunesse, la vie éducative et le sport.


« M’imprégner des dossiers locaux »

Finalement, il intègre un an plus tard le corps préfectoral, en tant que directeur de cabinet du préfet du Tarn. « J’ai fait le choix de me ranger du côté de l’Etat pour pouvoir exercer mes missions régaliennes, avec la volonté de me servir de mes riches expériences dans le dialogue avec les élus. » En 2019, il quitte l’Hexagone, direction la Corse, avant de se retrouver dans notre Lot-et-Garonne. « On m’a prévenu de la complexité du poste. J’ai un équilibre à trouver, déjà entre l’animation des services de l’Etat, puis avec la représentation du préfet lors de commissions administratives. » En effet, il sera aussi l’ombre de Jean-Noël Chavanne, en tant que seul substitut capable de le représenter pour signer des actes, ou encore de présider des commissions administratives en son nom. Arrivé une semaine avant son installation officielle, il a pu se familiariser avec le territoire et son environnement, qui lui semble déjà familier... « Je retrouve un certain nombre de problématiques connues dans le Tarn, qu’elles soient liées à l’agriculture, la retenue d’eau ou la sécurité routière. L’important va être de rencontrer les élus locaux, pour m’imprégner des dossiers et pouvoir les accompagner dans leurs projets d’aménagement, de développement. » Une tâche entamée dès son premier jour à la préfecture...


180 vues0 commentaire