Finances : Cassany veut mettre les choses au point

Le maire sortant a convoqué un conseil municipal ce lundi 8 juin pour présenter le compte administratif 2019 et ainsi envoyer un message à ses rivaux pour le second tour quant à sa gestion.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Ce conseil déplacé à la MVA a donné lieu a de petites passes d’armes entre le maire et d’anciens adjoints passés récemment dans le clan de Villeneuve en Commun.


On ne pensait pas assister à de nouveaux conseils municipaux à Villeneuve avant la fin du temps électoral. C’était sans compter sur un interminable entre-deux-tours. Le maire sortant, Patrick Cassany, en a ainsi profité pour convoquer les élus de la commune ce lundi 8 juin à la Maison de la vie associative. L’ordre du jour, particulièrement restreint, reposait sur la présentation du compte administratif 2019. Un incontournable du printemps qui précède généralement le vote du budget. Ce dernier étant réservé à la future assemblée, Patrick Cassany a décidé de ne pas attendre plus longtemps pour révéler l’état des finances de la Ville qu’il administre depuis 2012. L’ambition est très politique. « Certains me reprochaient de ne pas l’avoir fait avant le premier tour, comme si j’avais quelque chose à cacher. En période électorale, on entend toujours beaucoup de choses. Je veux montrer que la situation financière est bonne », affirme le premier édile, détaillant tour à tour les principaux indicateurs (voir ci-après). Après avoir été sérieusement malmené par le scrutin du 15 mars dernier, Patrick Cassany veut remettre l’église au centre du village, d’un point de vue gestion. « C’est un sujet qui ne passionne pas les foules, et pourtant, c’est la base. Est-ce que les Villeneuvois veulent une municipalité bien gérée ? Ou est-ce qu’ils veulent du flou et du marketing ? Ce sont eux qui choisiront dans les urnes. » Le socialiste étend ses questions rhétoriques à d’autres champs. Il dit ainsi ne pas avoir de leçons à recevoir sur le plan des investissements, sur la culture partout et pour tous, ou encore sur les voies vertes. « L’action municipale ne peut pas se satisfaire de postures. Il faut du concret et ce compte administratif en est le parfait exemple. Villeneuve est une ville qui se bat, elle n’a pas besoin d’être réveillée », lance-t-il à l’endroit de ses adversaires du second tour.

Cela suffira-t-il à convaincre suffisamment d’électeurs d’ici le 28 juin pour renverser la vapeur et permettre au sortant de renouveler son bail ?


Les principaux indicateurs financiers //

L’épargne brute – qui mesure la capacité d’autofinancement – atteint les 4 M€, soit 13,4% de taux d’épargne. Ce taux était de 9,4% au début du mandat en 2014. Pour une ville de cette taille, le seuil positif se situe autour de 10%.

La capacité de désendettement de la commune se situe à 6,2 ans contre 10,2 en début de mandat. Pour une ville de cette taille, il faut se situer sous les 10 ans. Au final, l’encours sur la dette aura été réduit de 5,1 M€ (soit -17%) sur la période.

Sur la totalité du mandat, les dépenses de fonctionnement ont été réduites de 1,2M€ soit -13%.


Le coût du Covid pour la Ville

565 000 euros. C’est le montant estimé des pertes pour la municipalité villeneuvoise. Si l’arrêt de l’activité dû au confinement a permis de réduire certaines dépenses (les fluides notamment), beaucoup de recettes ont également été perdues. L’arrêt des transactions immobilières fait perdre des taxes sur les droits de mutation. Les exposants de marchés et les restaurateurs ont par ailleurs été exonérés de taxes sur les droits de place et de terrasse. La Ville n’a plus perçu de paiement de stationnement, d’autant plus avec la gratuité étendue jusqu’au 2 juin, ni de FPS. Il ne fallait pas non plus compter sur les recettes des cantines ou du théâtre. Enfin, il faut ajouter à cette addition l’achat de fournitures de santé (masques, gel…), à destination des agents comme du grand public.

Un impact non négligeable qu’il faudra nécessairement digérer dans le prochain budget.

L’Agglo de son côté va abonder dans le fonds régional de soutien aux entreprises à hauteur de 2€ par habitant, soit environ 100 000 € et également injecter 200 000 € sur deux ans dans le dispositif d’aide aux TPE porté par Initiative Lot-et-Garonne.


96 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube