Et si vous passiez votre été à Tournon, l’un des Plus beaux villages de France ?

Fraîchement labellisée en ce début du mois de juillet, la bastide tournonnaise s’apprête à accueillir locaux et touristes avec de belles animations tout au long de l’été.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Le maire Didier Balsac, pensait qu’il faudrait plusieurs années avant que Tournon ne fasse partie des « Plus beaux villages de France ». Finalement, un an aura suffi.


Les Tournonnais le savaient déjà depuis longtemps. Mais leur objectivité sur le sujet pouvait être remise en question. Maintenant que la très impartiale association des Plus beaux villages de France a livré son verdict (le 3 juillet), il ne s’agit plus de chauvinisme de clocher. La petite bastide perchée fait bel et bien partie de « la cour des grands » comme s’en félicite le maire Didier Balsac. Après avoir vécu dans l’ombre de ses confrères pujolais, monflanquinois et villeréalais, Tournon accède enfin à la lumière. « C’est le résultat du travail de toute une équipe et même de la municipalité précédente. Elle avait rénové les entrées du bourg et nous avons poursuivi avec la place », détaille le premier édile. Ainsi revalorisé, l’écrin a ensuite pu retrouver une âme, et des âmes, avec des installations de commerces en cascade. Exit la ville-musée, place à un véritable lieu de vie.


« Je ne pensais pas voir ça sous mon mandat »

« Même si j’en rêvais la nuit, jamais je n’aurais imaginé que cette distinction viendrait si vite. Je n’étais même pas sûr que je verrais ça sous mon mandat, confie celui qui est élu jusqu’en 2026. Beaucoup d’autres villages ont dû candidater à plusieurs reprises avant de faire partie du cercle. Je pensais sincèrement qu’on en passerait par là aussi. » Finalement, une petite année aura suffi. Mais n’y voyez pas là un excès de générosité de la part de l’association. Seules trois communes font partie de cette cuvée 2021 : Cordes-sur-Ciel (Tarn), Châtillon-en-Diois (Drôme) et donc Tournon d’Agenais. C’est donc uniquement grâce à ses nombreux atouts que la petite perle lot-et-garonnaise a marqué les esprits.

Plein de pépites à découvrir

De loin déjà, peu importe la direction d’où l’on vient, la position dominante de cette bastide est impressionnante. Une petite montée en colimaçon plus tard et voilà le visiteur plongé dans un vestige médiéval parfaitement conservé. « Nous avons fait en sorte d’entretenir chaque rue, et les habitants jouent parfaitement le jeu en fleurissant les maisons datant du XIIIème siècle. Quand on se balade, c’est toujours très agréable », décrit Didier Balsac, amoureux pour sa part de la maison de l’Abescat, autrefois église de fortune pour les évêques pendant les guerres de religion, et aujourd’hui salle des fêtes. Face au sud depuis le belvédère comme au nord, la vue sur la campagne est imprenable. Les plus « baroudeurs » peuvent s’engager sur les circuits de promenade longeant les murs-remparts et conduisant jusqu’à une reconstitution de la grotte de Lourdes. Le beffroi reste pour sa part un incontournable, à la fois par sa stature mais également pour la rareté qui se trouve à l’intérieur. Un mécanisme d’horlogerie du XIXème siècle unique dans la région animant le cadran lunaire, très utile pour les agriculteurs avant l’avènement des prévisions météo sur smartphone. Un peu moins sexy esthétiquement mais tout aussi unique, le château d’eau-clocher de 30 mètres de haut, construit en 1957. Si son aspect tout béton est un peu terne, il n’en demeure pas moins une attraction de la commune. Le maire a d’ailleurs sa petite idée pour mieux le mettre en valeur : « Je souhaiterais que l’on puisse grimper tout en haut via un ascenseur extérieur pour profiter encore d’un nouveau point de vue. Nous sommes en train de prendre des renseignements », révèle Didier Balsac. Une nouvelle signalétique devrait également être mise en place dans le village. Avec ses projets, Tournon compte bien se montrer digne de son nouveau statut !



Le plein d’animations

Si l’environnement et l’architecture sont essentiels, ce ne sont pas les seuls éléments qui détermine la beauté d’un village. Il y a aussi l’animation. Et le joyau tournonnais n’en manque pas. Chaque vendredi soir, la place centrale vibre au rythme de son marché gourmand, avec près de 600 convives régalés par les producteurs locaux.

Pour rester fidèle à la tradition, la fête des rosières, autrefois cantonale, sera perpétuée les 28 et 29 août prochains.

Dans un style complètement différent, le Motor Show Tournon prendra place au stade de rugby le samedi 14 août avec des démonstrations de trial et de freestyle motocross.

Expositions et concerts seront aussi de la partie, en attendant le retour de Blues Station pour la fin d’année.



45 vues0 commentaire