En campagne, Alain Rousset parle environnement à Damazan

Le président de la Région était en déplacement en Lot-et-Garonne ce vendredi 15 janvier.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Le président de la Région Alain Rousset était à Damazan ce vendredi 15 janvier.


Bien malin celui qui peut prédire les dates des prochains scrutins. Initialement prévues en mars, les élections régionales sont repoussées au mois de juin... pour l’instant. Si d’autres reports ne sont pas à exclure, les candidats ont toutefois besoin d’arpenter le terrain pour faire campagne. C’était le cas du président sortant, Alain Rousset, de visite en Lot-et-Garonne ce vendredi 15 janvier. Avec l’écologiste Nicolas Thierry comme principal concurrent, le socialiste est venu dans le département pour parler environnement. Ça ne s’invente pas...

Sa studieuse après-midi a été marquée par la découverte du site ValOrizon à Damazan et la friche laissée par feu-Xilofrance. « On avait rêvé pour cette usine. Mais il n’y a pas de regret. Le développement économique est fait de réussites et aussi, parfois, d’échecs. Aujourd’hui est à l’œuvre une reconversion qui fait sens et on en a besoin. Les friches industrielles m’ont toujours fasciné. C’est très stimulant de se pencher sur leur devenir », indiquait Alain Rousset. Ce cas d’espèce est en effet très intéressant. Les 17 hectares de foncier (pour 27 000 m2 de bâtiments) voient fleurir les projets publics et privés autour du recyclage et de la valorisation. D’ici 2023, près de 170 personnes travailleront sur site. Entre activités très innovantes comme le recyclage 4.0 unique au monde de Valoregen ou sociales et solidaires avec le Village du réemploi, le complexe s’inscrit en plein dans une démarche durable.


La Nouvelle-Aquitaine très dynamique

« On ne pourra pas taper indéfiniment sur notre planète pour trouver des ressources sans se préoccuper de l’impact environnemental. La question des déchets est des plus importantes. Ce qui se passe à Damazan est très intéressant, dans un lieu qui s’y prête. J’attends d’ailleurs que l’on y installe des démonstrateurs », affirme le président de la Région. Au-delà de cet aspect, il a aussi évoqué la dimension humaine : « La compétitivité dépend du bien-être au travail, à tous les niveaux, y compris dans l’inclusion du handicap. Il ne faudrait pas que dans ces métiers, on ait le retour d’une certaine forme de pénibilité. Il faut transformer les emplois. Avec son rôle d’organe de formation, l’entreprise à un grand rôle à jouer. »

Très sensible à l’effervescence économique sur son territoire, l’élu s’est réjoui que la Nouvelle-Aquitaine ait créé « 36% des emplois industriels de la France en 2019 ». Un chiffre qu’il argumente entre autres par une généreuse politique d’aides au développement avec 2600 entreprises accompagnées par la Région chaque année.



33 vues0 commentaire