Echecs : Les meilleurs jeunes stratèges de France sacrés à Agen

Le temps d’une semaine, Agen devient la capitale des échecs. 1 200 jeunes de 4 à 20 ans s’affrontent lors de la grande finale nationale au Centre des Congrès.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Les meilleurs jeunes français s’affrontent pendant une semaine au Centre des congrès, avant la remise des trophées ce dimanche


Dans l’entrée du centre des Congrès d’Agen, les plus beaux damiers mis en valeur par les exposants nous confirment que nous sommes au bon endroit. Bienvenue au championnat de France d’échecs jeunes. Passé la porte qui mène à l’immense hall d’exposition, le brouhaha laisse place à un silence de plomb. Des tables sont installées à perte de vue, pour accueillir les 1 200 joueurs âgés de 4 à 20 ans, issus de tout le pays, qualifiés pour cette grande finale qui s’étale sur une semaine, jusqu’au 31 octobre. « Cela fait 30 mois que nous n’avons pas pu organiser de compétition nationale d’une telle ampleur, le moment était donc très attendu par les clubs, pour s’affronter de nouveau en face à face et tester son niveau », se réjouit Éloi Relange, président de la Fédération française d’échecs. Au cours de ces huit jours, chaque qualifié joue neuf parties pour tenter de décrocher le titre dans sa catégorie. Et le déroulé est assez impressionnant, avec jusqu’à 700 parties jouées simultanément ! Habituellement, 1 500 participants prennent part à l’évènement, mais les dates ayant été chamboulées, certaines familles étaient confrontées à des problèmes logistiques, départ en vacances oblige. C’est en effet à la fin juillet que le président a rencontré le maire d’Agen pour lui faire part de sa volonté d’organiser le championnat aux vacances de la Toussaint, suite à son annulation en avril dernier. « Il a tout de suite adhéré à l’idée. Agen en avait déjà accueilli plusieurs, que ce soit pour les adultes comme les jeunes. Et en tant que connaisseur, il avait l’envie, comme nous, de retrouver cette manifestation ici. » En deux mois seulement, l’équipe organisatrice, chapeautée par le vice-président Jean-Baptiste Mullon, a tenu le pari. Un atout majeur pour le tourisme également, puisque l’évènement draine quelque 4 000 personnes au total. Les retombées économiques sont estimées à 2,5 millions d’euros pour la ville…


Une flambée de nouveaux

pratiquants cette année

En poste depuis quelques mois seulement, suite à une élection repoussée, Eloi Relange est une personnalité bien connue dans le milieu, en tant que grand maître international depuis 1998, titre suprême conservé à vie une fois obtenu... S’il s’est un peu éloigné des échiquiers, passant par la case entrepreneuriat dans le secteur digital, ce professionnel espérait revenir un jour pour servir sa discipline et tenter de la développer. « Il faut aller de l’avant, miser sur une communication accrue pour faire parler des échecs et attirer de nouveaux pratiquants. » Pour rappel, la discipline a été reconnue par le ministère des Sports en 2000, déjà une belle consécration pour l’ensemble des licenciés, bien que tardive. Au fil des décennies, les adhérents n’ont cessé d’augmenter, passant de 10 000 en 1980 à 60 000 en 2020. « Nous avons une belle présence chez les scolaires, à tous les niveaux. Et elle est essentielle, quand on sait que plus de 60% de nos pratiquants ont moins de 20 ans ! » Fait marquant, le confinement a poussé la pratique sur le web. Le million de nouveaux utilisateurs a rapidement été franchi en mars 2020 sur la plateforme Chess.com… « La crise sanitaire combinée à la sortie de la série ‘Le jeu de la dame’ a provoqué un engouement qui s’est ressenti sur le nombre de primo-licenciés, en nette hausse. » Malgré tout, le chemin est encore long. La FFE compte 6 salariés, contre 15 dans une structure équivalente (à même nombre de licenciés). Heureusement, tous sont très investis pour servir leur passion. « Pour ce qui est de la partie sponsoring, habituellement, 25% des revenus d’une fédération provient de contrats de sponsoring. Dans notre cas, c’est 0 », souffle Eloi Relange. La quête de partenaires sera donc une piste de travail très importante pour son mandat. « La place des femmes est aussi préoccupante, avec seulement 17% d’entre elles parmi nos licenciés. Pourtant, nous sommes tous égaux face à un échiquier. Il faut mettre les mains dans le cambouis pour engager de véritables pistes de développement sur cet aspect, et nous travaillons en ce moment-même sur le passage de l’ensemble des catégories en mixte », lance-t-il de surcroit. De beaux défis en perspective.


Renseignements //

Championnat de France d’échecs jeunes,

jusqu’au 31 octobre 2021 au Centre des Congrès,

entrée libre.

28 vues0 commentaire