De Paris à Sainte-Colombe, ils ont tout plaqué pour un domaine

Fred Osseland et Séverine Lacabarats ont quitté de bons emplois dans la capitale pour reprendre le domaine de Villot, dans le Villeneuvois, avec gîtes et salle de réception.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Fred Osseland et Séverine Lacabarats ont repris ce domaine qui comprend des gîtes et une grande salle réceptive dans la belle campagne villeneuvoise.


Quitter la frénésie des métropoles pour la douceur de la campagne est une ritournelle que l’on entend de plus en plus souvent. Le rêve de l’exode urbain grandit, les phases de confinement n’ayant rien arrangé, à tel point que de nombreux élus ruraux n’hésitent plus à qualifier les décennies à venir comme « l’ère des villes moyennes ». Dans la réalité, ce phénomène reste encore timide mais il n’est pas inexistant. Pour preuve, l’installation récente de Séverine Lacabarats et Fred Osseland à Sainte-Colombe-de-Villeneuve. Le couple, accompagné par ses jumeaux de 10 ans et la maman de Séverine, a tout plaqué pour racheter le domaine de Villot et reprendre l’activité d’hébergement-réception.


Parcours de prestige avant parcours du combattant

Les deux se sont connus chez Potel et Chabot, l’un des traiteurs haut-de-gamme les plus cotés du pays. Fred, après être passé par Matignon, le Plaza-Athénée puis le Bristol, y était responsable de l’économat. Séverine officiait quant à elle comme directrice commerciale du service luxe international. Pris par cette « vie de fous » faite d’une heure et demi de transport pour aller de la maison au travail, de grosses responsabilités et de récurrents voyages pros partout dans le monde, leur vie de famille se réduisait chaque jour un peu plus comme peau de chagrin. « C’est bien simple, on voyait les enfants une demi-heure le matin, à peine plus le soir et c’est tout. Et quand on venait en vacances dans le Sud-Ouest (ndlr, Séverine est originaire du Pays-basque), on trouvait l’ambiance magique, bien plus apaisée. On n’arrêtait pas de se demander ce qu’on foutait encore à Paris... » En discutant avec un ami marmandais, le Lot-et-Garonne est devenu plus qu’une potentielle destination touristique : un véritable projet de vie ! A l’été 2019, avant l’apparition du Covid, la décision était prise et les premières visites ont pu commencer à l’automne. « Ce fut un véritable parcours du combattant, jonché de désillusions et de déconvenues », déplorent Fred et Séverine. Après un an de recherches, ils ont fini par trouver leur bonheur avec le domaine de Villot qui n’était d’ailleurs pas encore en vente au début du processus. Alors que le second confinement était entré en vigueur depuis quelques heures seulement, ils ont découvert la beauté de la campagne villeneuvoise et de ce site aux multiples atouts. Convaincus, les banquiers l’étaient en revanche beaucoup moins. « Avec cette période compliquée, on était devenus leur bête noire. Un seul établissement nous a fait confiance. »


Un site plein d’atouts

Le 17 juin 2021, la transaction était définitivement réglée et l’aventure pouvait enfin démarrer... sur les chapeaux de roues. « Dès le 18 juin, nous avions des clients et l’été fut dans l’ensemble très rempli. » Il faut dire que le domaine en question ne manque pas d’atouts. La bâtisse d’époque médiévale, agrémentée d’ajouts au fil des siècles, n’offre pas moins de six gîtes de 2 à 14 personnes pour un total de 41 couchages pleins de charme. A cela, il faut ajouter deux terrains de tennis, un terrain multisport, deux piscines... Les seuls voisins proches sont les juments et poulains du Haras de Thouars. On a connu pire. Enfin, l’offre réceptive est complétée par une grande salle de 190 m2, elle aussi dotée d’un cachet certain, pour les cérémonies de mariages, les congrès et autres séminaires. « On a récupéré un bien opérationnel tout de suite, ce qu’on voulait. Maintenant qu’on entre dans l’arrière-saison, on attaque les petits travaux. On va commencer par relooker quelques gîtes, pour qu’ils soient moins rustiques et plus dans l’esprit campagne chic. On va aussi créer un vrai office-traiteur et construire une troisième piscine », détaille le couple. Sur le volet nature, Fred et Séverine vont également développer un potager en permaculture de façon à être auto-suffisants en légumes et régaler les convives en tables d’hôtes...

« On est dans l’idée de continuer à faire grandir ce lieu méconnu mais qu’on aime vraiment beaucoup aussi bien auprès des locaux qui ont des occasions à fêter que des touristes de passage. Quoi qu’il en soit, on ne regrette absolument pas d’avoir posé nos valises ici. » Sainte-Colombe et le bassin Villeneuvois s’en réjouissent aussi...


577 vues0 commentaire