Dans les cordes...

Le Sporting, complètement KO depuis de longues semaines, va devoir livrer samedi à Brive un combat qui s’annonce inégal...

Loris Tolot devrait enchaîner une deuxième titularisation au post d’arrière.


A force de prendre des coups sur le carafon semaine après semaine, le SUA LG a fini par troquer sa tenue de rugbyman avec celle d’un boxeur saoulé de coups, et pratiquement prêt à jeter l’éponge. A y regarder de plus près, sa saison ressemblerait presque au combat du siècle entre Frazier et Ali, où « Smokin Joe » avait round après round cassé la figure du « Greatest » pour finir par le coucher au tapis au quinzième round.*

Autant dire que dans ces conditions, pour ce Sporting à la gueule salement amochée, le futur voyage en Corrèze de ce week-end a des allures de nouveau supplice, lui qui n’aspire désormais plus qu’à une chose, tirer un trait sur cette saison : « Je ne vous cache pas que la nouvelle claque reçue à Bayonne il y a dix jours ressemble plus à un bel uppercut », expliquait en début de semaine Régis Sonnes, le manager agenais, encore sonné par cette énième déconvenue. (Ndlr : voir entretien ci-contre).


L’heure du changement

Car ce match, qui était peut-être celui de la dernière chance dans l’objectif de décrocher une première victoire cette saison a tourné au fiasco. Après avoir bien résisté durant le premier acte, les bleus et blancs ont sombré face à des Bayonnais pourtant bien timides, et qui eux, avaient gros à perdre. A croire qu’en plus de leurs lacunes rugbystiques, les hommes du trio Sonnes-Ortiz-Mirande ont aussi perdu toute notion d’orgueil. « A Brive on va devoir encore composer avec une équipe qui devrait compter de nombreux absents. On va, je pense, dans les semaines à venir faire encore plus monter en puissance nos jeunes. Même si, eux aussi, ont beaucoup de pépins. Dans notre tête on ne veut pas lâcher. Il faut que l’on trouve les leviers pour garder ce groupe en vie et qu’il prenne enfin du plaisir. »

En toile de fond, ce déplacement à Brive marque peut-être le démarrage d’un nouveau cycle. La machine à laver le linge agenaise, qui jusqu’alors était réglée pour nettoyer à 30 degrés, en douceur, est prête à bouillir. Fini donc le Woolite cher à Marlène Jobert, place au savon de Marseille. Et ce, même si le staff va devoir encore et toujours composer avec un effectif où certains ont plus ou moins jeté l’éponge depuis de longues semaines. Avant même le soigneur, un comble....


*8 mars 1971, Madison Square Garden

Kroos devrait débuter, Reid enfin à l’ouverture ?

Preuve que les temps ont changé, l’Irlandais Noël Reid devrait enfin débuter à l’ouverture. Après avoir longtemps refusé d’occuper le poste pour lequel le SUA LG l’avait en partie recruté, ce dernier, suite à la blessure de Lagarde, a finalement accepté pour le bien du groupe (et pour son bien aussi...) de revêtir le numéro dix. Au centre, le jeune Kroos va avoir sa chance. Sylvain Mirande compte sur sa fraîcheur pour apporter un second souffle à une ligne de trois-quart bien moribonde. Et préparer aussi l’avenir. A l’aile, avec la blessure de Railevu, le choix devrait se porter entre Julien Jané ou Jamie Taulagi pour le remplacer.



22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout