Cybersécurité : une formation voit le jour pour servir les collectivités

La cybercriminalité a explosé ces derniers mois, mettant bon nombre d’entreprises et collectivités au pied du mur. Face aux difficultés pour trouver des experts dans le domaine, une formation va voir le jour à Agen.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Le président de l’IN.CRT, Marc Watin-Augouard (à gauche), accomapagné de Jean-Michel Talavera, président du groupe AEN, ont présenté la nouvelle formation en cybersécurité proposée à Agen dès la rentrée prochaine


Si l’année 2020 restera à tout jamais associée au début d’une crise de taille, celle liée à la covid-19, elle s’est aussi accompagnée d’un phénomène en recrudescence : les cyberattaques. « On dit souvent que la cybercriminalité est la criminalité du 21e siècle. Avec la crise sanitaire, les portes d’entrée se sont multipliées pour les hackers », souligne Marc Watin-Augouard, président de l’IN.CRT, l’Institut national pour la cybersécurité et la résilience des territoires. Et quelle que soit leur taille, les collectivités sont devenues malgré elles des cibles de choix. « La plupart des institutions qui ont été attaquées ne s’y attendaient pas du tout, et n’étaient donc pas préparées... » Suite à ce constat, une opération nationale de diffusion des compétences en cybersécurité dans les villes de taille moyenne a été lancée, dans le but de développer des formations encore peu présentes dans le pays. Agen en est le point de départ. Le président de l’IN.CRT était de passage dans la préfecture de Lot-et-Garonne la semaine dernière pour présenter la toute nouvelle formation qui intègrera le campus du groupe AEN (anciennement Intech) dès la rentrée prochaine : un bachelor en cybersécurité des territoires, résultat d’une réflexion commune. « Nous pouvons développer bon nombre de logiciels et technologies, mais les ressources humaines restent fondamentales et c’est ce qu’il nous manque aujourd’hui. Dans ce domaine, beaucoup d’emplois ne trouvent pas preneur ! », constate Marc Watin-Augouard.


Répondre aux difficultés de recrutement sur ces postes

Ce bac +3 vient répondre à un besoin d’accélérer dans le domaine, et former des professionnels en la matière. Le cursus intègre des spécificités pour répondre aux besoins des collectivités locales et des territoires « qui possèdent une organisation et un fonctionnement différent du monde de l’entreprise ». Un programme très précis a été créé, pour garantir la protection des données, pérenniser les systèmes d’information ou encore maîtriser le droit et les réglementations. « Pour l’instant, ça ne se fait nulle part ailleurs en France, et on compte bien le développer assure le président de l’IN.CRT. Un responsable de la sécurité et des systèmes d’information ne doit plus être un simple technicien aujourd’hui, mais endosser le rôle de conseiller, notamment auprès des élus. » La formation sera accessible avec un niveau bac en informatique, sans prérequis d’un diplôme en particulier, pour ouvrir l’accès à un large public d’étudiants. « C’est une chance pour nos jeunes, nos entreprises et nos agglomérations. Je sais à quel point il est difficile pour les collectivités de recruter sur ces postes », souligne Carole Déjean-Simoniti, responsable informatique au CH Agen-Nérac, et ajointe au maire d’Agen en charge du défi numérique. Une formation qui a de l’avenir...


Infos //

Le bachelor cybersécurité des territoires sera aussi

proposée sur les autres sites du groupe AEN, à savoir Dax,

Montauban, Nîmes, et Les Sables d’Olonne.

Pour les intéressés, les dossiers de candidatures sont à déposer hors

Parcousup avant septembre à

admissions@groupe-aen.info.





40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout