Couthures-sur-Garonne « Terres fertiles»

Située en rive gauche de la Garonne, dans un grand méandre convexe, la commune se trouve à 67km au nord-ouest d’Agen, chef-lieu du département, à 9,5km à l’ouest de Marmande, chef-lieu d’arrondissement et à 5km à l’est de meilhan-sur-Garonne.

Lové dans un méandre de la Garonne, le village de Couthures-sur-Garonne vit au rythme d’un des plus grands fleuves de France : la Garonne.

Le village fut très endommagé par la crue de la Garonne en mars 1930.

De son passé historique, on ne sait que peu de choses de ce village. Son nom dérive du latin Culturis qui signifie terres fertiles. Les crues du fleuve apportaient en effet régulièrement des alluvions qui enrichissaient les sols et les rendaient fertiles. A l’origine, le village se composait essentiellement de maisons en bois et ces habitations se mouvaient au gré des crues et des changements de lit de la Garonne. L’agriculture, la pêche et l’exploitation du bois flotté étaient les principales activités des gens du fleuve à ce moment-là.

Les habitants de Couthures-sur-Garonne, vouent une véritable admiration pour ce fleuve et plus qu’une faiblesse, ils en ont fait une force ! L’histoire de ces Gens de Garonne est racontée et mis en scène dans un espace multi sensoriel où les décors sont mécanisés et le son spatialisé. Toute l’histoire de ces habitants est scénarisée avec effets optiques, jeux de lumière et projection en relief.


Eglise de Couthures


Au XIIIe siècle, Couthures possédait une église de style roman, bâtie tout près des remparts. Elle fut détruite par la Garonne puis reconstruite en un point différent du village en 1658. Détruite elle aussi, un nouveau bâtiment fut réalisé en 1848 en style néo-roman sur des plans corrigés par le célèbre architecte Viollet-le-Duc.

Les quais et la cale ont été construits au début du XIXe siècle, sous le règne de Napoléon Ier. Favorisé par le très fort développement de la navigation à la fin du siècle précédent, le village devient un lieu incontournable du négoce du vin, de la farine et des produits de la pêche.


Château Peager

Un château péager fut construit au XIIe siècle par Jean-sans-terre et intégré aux remparts de la ville, construits au même moment. L’ensemble servait notamment à surveiller le passage des embarcations et les gués de la Garonne. Les remparts du château furent entretenus jusqu’à la fin du XVIe siècle avec de la brique mais les crues ont fini par ruiner l’ensemble qui a été détruit au XVIIIe siècle. Il en reste des vestiges qu’on peut apercevoir dans le lit du fleuve quand il est à l’étiage.


La Garonne //

La Garonne est un fleuve principalement français prenant sa source en Espagne et qui coule sur 647 km avant de se jeter dans l’Ocean Atlantique, sont estuaire est la Gironde. Elle a donné son nom aux département français de Haute-Garonne; de Lot-et-Garonne et de Tarn-et-Garonne. Son nom semble provenir du pré-latin -gar- « montagne rocheuse » suivis par le pré-latin onna « fleuve » est cité comme gaulois dans le *Glossaire d’Endliger (*termes gaulois). Il signifierait « la rivière du roc », ou mieux, «  la rivière caillouteuse ».


Les crues de la Garonne

A Toulouse, ma Garonne a subi de nombreuses crues, notamment depuis que sa rive gauche est habitée. Il y aurait ainsi eu des crues entre 1177 et 1856.

A Toulouse, en 1827, la Garonne à quatre mètre au-dessus du niveau ordinaire rempli les arches du pont de pierre ou Pont neuf.

En 1835, la Garonne monte à cinq mètre trente-cinq au-dessus de l’étiage et passe par les quatre lunes du pont. En 1772, la Garonne atteint huit mètre cinquante.

Crue de la Garonne en 1875: 9,70 m à toulouse Pont-Neuf

Il y’a eu des crues entre 835 jusqu’an 2004

En 1777, la Garonne subit un crue extraordinaire au pont que le curé de Bourdelles prit la peine de retranscrire l’événement, à la fin des actes de l’année, dans le registre paroissial des baptêmes, mariage et décès.


La navigation


Autrefois important axe de navigation et de transport de marchandise, la Garonne n’est aujourd’hui navigable pour les plus grand bateaux (cargos, porte-conteneurs…) que dans son estuaire, jusqu’au Pont de Pierre à Bordeaux, et pour les grosses péniches jusqu’à Langon.

Le trafic fluvial emprunte ensuite le Canal de Garonne qui est voué presque exclusivement au tourisme fluvial.



5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube