Chambre des métiers et de l’artisanat : ‘Fiers d’être artisans’ espère briguer un nouveau mandat

La CPME se relance dans la course à la présidence de la Chambre des métiers et de l’artisanat 47 avec une nouvelle tête de liste, David Pujol.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Les 35 candidats de la liste ‘Fiers d’être artisans’ se veulent de tous horizons et surtout encore en activité, pour coller à la réalité de l’évolution des métiers.


«Nous sommes allés chercher des candidats venant de tous horizons, mais surtout encore pleinement actifs pour avoir des remontées de terrain et constituer un noyau dur de personnes souhaitant s’investir dans la Chambre », assure David Pujol, tête de liste ‘Fiers d’être artisans’ en Lot-et-Garonne, regroupant la CPME (confédération des petites et moyennes entreprises) et la Fédération française du bâtiment. C’est lui qui prend la relève d’Yvon Setze, actuel président de la Chambre des métiers et de l’artisanat du département, avec la volonté de conserver, évidemment, cette place de choix. « La réforme datant d’il y a deux ans maintenant a vu l’âge d’éligibilité être abaissé à 65 ans maximum, pour avoir en poste une personne encore en activité », explique le candidat. Actif, il l’est bel et bien, en tant que chef d’entreprise depuis 15 ans, à la tête de la concession Alliance Pujol et de ses trois antennes sur le département : Agen, Marmande et Villeneuve-sur-Lot, en plus d’une carrosserie. Idem pour ses colistiers, qu’ils soient seuls aux commandes de leur entreprise où à la tête d’une équipe plus importante, pour assurer une diversité des profils. Pour se présenter, la liste a privilégié les rencontres de terrain auprès de leurs électeurs, à savoir les artisans du territoire. L’échéance qui sera le fil conducteur de ce nouveau mandat, si le groupe conserve la présidence, sera la réhabilitation du CFA La Palme, « un projet qui a mobilisé toutes les forces au début de notre mandat, au détriment des services, puisque l’établissement était menacé de fermeture en raison de son insalubrité. C’est un très bel outil sur Agen, véritable pierre angulaire de notre recrutement, qui peut-être amélioré et doit correspondre à l’évolution de nos métiers », appuie le candidat David Pujol.


Rétablir une relation directe entre la Chambre et les artisans

Des mesures « concrètes, prêtes à être mises en place », ont été établies afin de ne pas perdre de temps en cas de victoire. L’équipe souhaite avant tout rétablir une relation directe et efficace entre la Chambre des métiers et les artisans, « souvent frustrés de voir que des choses se font sans qu’ils en soient informés... Nous voulons mettre en place un accueil téléphonique et physique unique réservé aux artisans, pour apporter des réponses pertinentes et un suivi de qualité à toutes les demandes ». Autre volonté, créer des structures spécifiques au sein des locaux de la Chambre des métiers, comme une cellule de médiation avec les banques ou encore une assistance aux dossiers d’aide et de subventions. Enfin, cela passera aussi par l’installation d’une équipe de suivi pour les créations d’entreprises, afin de « proposer un accompagnement sur les deux premières années d’activité. Cette équipe permettrait d’assurer des points trimestriels avec les entrepreneurs et éviter l’installation d’une solitude », assure la tête de liste départementale. « Nous avons actuellement les ressources humaines pour appliquer ces idées, le but étant de ramener l’accompagnement sur le devant de la scène. » Avant tout, David Pujol et ses candidats souhaitent voir une mobilisation du côté des votants, quelle que soit l’issue, pour prouver que la Chambre a encore toute son importance. « Dans la vision de l’Etat, les chambres consulaires ne plaisent pas plus que ça. L’argument principal est de dire qu’elles ne sont pas très efficaces en raison des taux de participation faibles. Mais le risque à terme, serait de voir tomber les CFA dans les mains de l’Education nationale, bien plus éloignée des réalités de nos métiers. »

565 vues0 commentaire