Bienvenue dans le futur Armandie

En juin dernier, l’architecte agenais François de La Serre, en association avec les Japonais d’Asuza Sekkei a dévoilé les premières images du futur stade Armandie. Ce projet hors normes verra le jour dès 2022. De notre journaliste : Dimitri Laleuf


En sus d’un solide mercato sur le terrain, le SUA s’est constitué une solide première ligne en coulisses en vue de rester dans l’élite du rugby le plus longtemps possible. Elle est emmenée par le président Jean-François Fonteneau, le maire Jean Dionis du Séjour et l’architecte François de La Serre. Ce dernier a très fortement marqué les esprits en juin dernier lors de la présentation des premières images du futur stade Armandie. C’est en effet lui qui a remporté le concours d’archi, au nez et à la barbe des trois autres projets en lice. Mais promis, ce n’est pas grâce à son statut d’Agenais. « Il n’a pas gagné pour ça, assure Jean Dionis, même si ça ne gâche rien. Il est là tout simplement parce que c’était le meilleur. On a débattu pendant des heures et, chose unique en 25 ans que je participe à des jurys, il y a eu l’unanimité. »


10 442 places assises
4250 en Basquet, 2002 en Lacroix , 2900 en Ferrasse , 650 places VIP sur le Salon des Etoiles (Ferrasse), 640 places en loges

Le cabinet François de La Serre s’est associé à un établissement japonais, Asuza Sekkei pour la réalisation de ce chantier hors normes, renforçant encore un peu plus les liens entre le club et ce pays de plus en plus impliqué dans l’ovalie. Après l’arrivée d’actionnaires nippons chez Upsa, partenaire historique, le Sporting met ici toutes les chances de son côté pour de futures collaborations.


« Pas un musée mais

un stade tourné vers l’avenir »

Cette nouvelle étape cruciale constitue un grand pas en avant dans l’avenir du club au plus haut niveau. Au-delà des exigences règlementaires imposées par la Ligue, la municipalité agenaise s’est lancée dans cette très ambitieuse entreprise « pour les jeunes, des minots jusqu’aux espoirs, pour les filles du club, toujours plus nombreuses et pour les supporters, tous ceux qui aiment le rugby à Agen et qui ont le droit d’avoir un stade dont ils sont fiers ».

Comme le confie François de La Serre, cette nouvelle enceinte rendra hommage à « l’histoire passionnante » de ce lieu. La création d’une « rue des légendes » longue de 120 mètres en sera la meilleure illustration, tout comme les carrossages extérieurs reprenant les incontournables couleurs bleue et blanche. « Mais ce n’est pas un musée, nuance Jeff Fonteneau. Ce sera un stade tourné vers l’avenir, avec un concept très innovant et unique en France. » Au-delà de la dimension esthétique pour le moins spectaculaire, cet Armandie new look doit constituer un réservoir de nouvelles ressources, autour du rugby bien sûr mais aussi en accueillant d’autres manifestations.

La deadline pour la livraison est fixée au mois de septembre 2022.

La démarche de l'architecte //

François de La Serre et la trentaine de personnes qui ont travaillé à ses côtés sur ce projet ont dû tenir compte de nombreux paramètres. « Il y a tout d’abord un aspect urbain. Le but était d’avoir un stade durable, fonctionnel, ergonomique et sécurisé. Il est aussi essentiel qu’il soit connecté et ouvert sur la Ville tout en respectant son environnement immédiat. Il y a aussi un enjeu architectural. Armandie doit renforcer l’unité générale avec une harmonisation des volumes, des hauteurs et des façades. Armandie doit aussi être le porte-drapeau du SUA en arborant ses couleurs, en se faisant ambassadeur de ses légendes. Le tout en reflétant le modèle économique raisonné du club », détaille François de La Serre. Le site sera par ailleurs plus respectueux de la planète avec une conception réduisant la consommation d’eau potable, un chantier à faibles nuisances et la possibilité future d’installer une importante centrale photovoltaïque.

Le financement //

13,4 M€ de budget global pour la partie publique. Cette somme est répartie ainsi :

- 5 M€ de la Ville d’Agen

- 5 M€ de l’Agglo d’Agen

- 2 M€ de la Région

- 1 M€ du Département

- 400 000 € de l’Agence nationale du sport

Cette somme comprend la création d’un nouveau pôle associatif sur la plaine des sports d’Armandie, la couverture de la tribune Lacroix et la reconstruction de la tribune Ferrasse.

Pour la partie privée qui sera assurée par le club, le président Jean-François Fonteneau avance un budget « à peu près équivalent à la partie publique ». Il sera question de l’aménagement des loges et du Salon des Etoiles côté Ferrasse, de la création d’un hôtel de 80 chambres sur la butte à Bébert, d’un pôle santé du sport et de zones hautes performances pour les athlètes.




36 vues0 commentaire