Avec Thierry Lassagne, le SUA LG tient son nouveau directeur

Celui qui est aussi DG de la Chambre de commerce et d’industrie prendra la tête de l’organigramme du Sporting le 15 septembre prochain avec de sacrés défis à relever.

De notre journaliste : Dimitri laleuf

Thierry Lassagne (à gauche) avec Stéphane Bourgeais et Jean-François Fonteneau


Si les supporters prêtent naturellement beaucoup d’attention au volet sportif, ce qui se passe dans les coulisses du club ne manque pas non plus d’intérêt. Durant cette interminable intersaison, le SUA LG s’est montré très actif de ce côté avec notamment le recrutement d’un directeur général pour prendre la suite d’un Thomas Léger sur le départ. L’heureux élu n’est pas un inconnu puisqu’il est aussi DG de la Chambre de commerce et d’industrie. Il s’agit de Thierry Lassagne. Sollicité par le président Jean-François Fonteneau malgré son engagement auprès des entreprises lot-et-garonnaises, il a décidé de relever le défi. A 46 ans, ce cadre agenais s’apprête ainsi à mener deux missions de front. « C’est le genre d’opportunité qu’on ne peut pas refuser », affirme Thierry Lassagne.


Quand j’étais à Paris, je n’avais pas internet et j’appelais mes parents qui mettaient le combiné devant le poste de radio pour que j’écoute les matchs commentés

S’il a passé une bonne partie de sa carrière professionnelle loin d’Agen, ce dernier est pourtant un pur produit du cru. Et son amour pour la maison bleue et blanche ne date pas d’hier. « Je me souviens que mon père m’amenait voir les matchs à Armandie en pesage, je devais avoir 8 ans environ », raconte l’intéressé, biberonné aux exploits des légendes Sella, Dubroca, Tolot et autres Mothe... A tel point que la passion pour ce club le suivra dans ses pérégrinations. « En 1995, quand je suis arrivé à Paris, je n’avais pas internet pour suivre les rencontres du SUA. J’ai donc dû trouver d’autres astuces. Même si c’était encore les débuts de la téléphonie mobile, j’avais un forfait incroyable qui m’offrait certains numéros en illimités. Du coup, les week-ends où ça jouait, j’appelais mes parents qui mettaient le combiné devant le poste de radio et j’écoutais ainsi les matchs commentés sur ARL par Christian Delbrel. » A l’opposé d’un col blanc parachuté là par hasard, Thierry Lassagne entend bien respecter le précieux héritage qui est aussi le sien.

Le regard à l’horizon

C’est cependant devant que son regard se tourne aujourd’hui avec l’entrée dans une période charnière pour le club. Changement d’identité visuelle, nouveau stade, nouvelles infrastructures... « Quand on voit la feuille de route, on se rend compte de tout ce qu’il reste à accomplir », note le directeur général qui prendra officiellement ses fonctions le 15 septembre prochain. L’objectif n’est autre que de permettre au Sporting de pérenniser sa place dans l’élite le plus longtemps possible. Cette ambition exige toujours plus d’innovation et de professionnalisme. « Ces qualités sont déjà dans l’ADN du SUA. Pour rappel, Armandie était le premier stade à avoir proposé des loges qui donnaient sur le terrain », souligne Thierry Lassagne. Plus qu’en révolutionnaire, le nouveau dirigeant se pose plutôt en chef d’orchestre des équipes déjà en place.

Piloter de gros chantiers en maîtrise d’ouvrage, répondre aux demandes toujours plus exigeantes de la DNACG (le gendarme financier du rugby français), gérer la réception physique de milliers de spectateurs, rechercher des partenariats, préparer l’accueil de grandes compétitions comme le mondial 2023 ou les JO 2024... il y a du pain sur la planche, sans même compter la composition d’une équipe compétitive sur le terrain.

Tout ceci, le club agenais devra y parvenir malgré un budget très inférieur à ses concurrents (environ 13,5 M€, ce qui correspond toujours au 20ème rang national). « Faire plus avec beaucoup de moyens, c’est facile. Faire moins avec peu de moyens, c’est encore plus facile. Le vrai défi, c’est de parvenir à faire plus avec peu. C’est très stimulant, et c’est pour ça que nous sommes tous là », philosophe Thierry Lassagne.

Comme à la CCI, il compte faire du « marketing territorial » en s’appuyant ici sur « la plus belle marque du département ».



534 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube