Avec sa boutique non-marchande, L’Entr’Aide repense le commerce

Suite à la crise des Gilets Jaunes, un petit groupe de Villeneuvois a travaillé sur un nouveau concept d’économie sociale et solidaire qui verra le jour courant juillet dans la bastide.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

L’équipe de L’Entr’Aide travaille sur ce projet depuis un an et demi.


Pas de caisse, pas d’argent, pas de transaction, pas de troc non plus. Et pourtant L’Entr’Aide a l’ambition d’être un vraie boutique, où l’on peut venir prendre ce dont on a besoin. Ce rêve, Angélique Cantayre et ses cinq acolytes le préparent et lui donnent corps depuis plus d’un an et demi. Il deviendra une réalité dans le courant du mois de juillet.

Tout a commencé sur les ronds-points, au début de la contestation des Gilets Jaunes. Le mouvement a rapidement été délaissé par la petite bande au profit d’un combat plus constructif, celui de l’élaboration du référendum d’initiative citoyenne. « Crier sa colère, c’est bien mais pas suffisant. Il faut aussi être en mesure de proposer. Le RIC était une première étape, et puis on a eu l’idée de développer un nouveau concept sur Villeneuve, de montrer qu’un changement de paradigme sociétal est possible », explique Angélique.


Consommation

par besoin

L’Entr’Aide, c’est le nom donné au projet, va donc se présenter sous la forme d’un espace non-marchand. Tout ce que l’on va y trouver à l’intérieur sera... gratuit. « C’est quelque chose qui a tendance à faire un peu peur, les gens n’osent pas forcément se servir même si c’est fait pour. C’est pourquoi il faudra faire beaucoup de pédagogie », explique la jeune femme, qui sait de quoi elle parle. Lors du dernier salon Horizon Vert, une première expérience avait été faite avec un stand à « zéro euro ». Ces réticences, plus à craindre qu’un pillage sans gêne, n’empêchent pas Angélique de croire viscéralement au succès de la démarche, en s’appuyant notamment sur les changements de mentalité. « La population commence à prendre conscience qu’il vaut mieux remettre les objets en circulation plutôt que de les jeter. On prendra d’ailleurs tout ce que les gens voudront bien nous donner, à la seule condition que ce soit propre, en état de fonctionnement et pas volumineux. » N’importe qui pourra donc être client et fournisseur à sa guise, sachant qu’il ne sera pas obligatoire de contribuer pour « acheter », si tant est qu’on puisse encore parler d’achat. Si un bien nous intéresse, il suffit de s’en saisir. « Chez nous, personne ne juge. » L’idée est de remettre au centre la notion de consommation par besoin, à l’opposé des compulsions encouragées par la publicité permanente qui finissent par encombrer inutilement nos placards. Plus encore, L’Entr’Aide a vocation à créer des échanges, du partage, de la découverte et du lien social. Pour rendre le lieu encore plus vivant, des expositions d’artistes locaux et des animations bénévoles seront proposées.


Encouragé par

la Région

La boutique, située en plein cœur de ville dans la rue des Girondins, sera ouverte comme un commerce traditionnel, du mardi au samedi, matin et après-midi. Cela suppose la présence d’une employée à temps complet, en l’occurrence Angélique. Pour assurer sa rémunération, elle pourra compter sur une subvention de la Région, sensible à cette innovation dans le champ social et solidaire, pendant au moins un an. « Le but n’est cependant pas de vivre sous perfusion d’argent public très longtemps », indique l’intéressée. D’où l’élaboration d’un modèle économique en parallèle de l’activité principale. Tout d’abord, il sera possible d’adhérer à l’Entr’Aide « de manière libre, consciente et facultative », avec une cotisation du montant de son choix. La structure proposera aussi des services externes, payants cette fois-ci. Ces prestations auront pour vocation d’aider les entreprises et les associations pour mettre en place « une gouvernance plus horizontale », en misant sur l’intelligence collective.


Renseignements //

L’Entr’Aide

34 rue des Girondins

Ouverture courant juillet

Facebool : L’Entr’Aide

06 58 70 08 71

467 vues0 commentaire