Avec Paris Flight Training, Airways College reprend de l’altitude

Suite à la présentation des différentes offres de reprise pour l’école de pilotage au tribunal de commerce d’Agen, c’est Paris Flight Training qui a été désigné pour sauver Airways College de la fermeture.

De note journaliste : Charlotte Charlier

C’est le soulagement pour les 217 élèves qui ont vu leur formation s’arrêter le 29 avril dernier. Tous ont hâte de retrouver le chemin des pistes. (Crédit photo : Airways College)


«Redonnez-nous des ailes », c’est le slogan porté par le comité de soutien aux élèves d’Airways College, créé suite à l’annonce le 29 avril dernier de son placement en liquidation judiciaire pour mauvaise gestion. Ce jour-là, c’est un véritable combat qui s’est engagé pour les élèves et salariés, afin de permettre au moins aux étudiants de terminer leur formation, ces derniers ayant déboursé pas moins de 100 000 euros pour réaliser leur rêve. « La plupart ont déjà réglé l’intégralité du cursus d’entrée. La grande question désormais est de savoir s’ils pourront le terminer, et surtout sans payer des sommes supplémentaires », s’interrogeait alors l’instructeur Eric Datcharry. Un grand élan de solidarité s’est formé, et les rencontres se sont enchaînées pour tenter de faire bouger les choses. La Région, les collectivités, et même le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari ont été sollicités par les représentants du personnel et des élèves. Les candidats à la reprise avaient jusqu’au 1er juin pour déposer une proposition. Six ont été enregistrées, dont trois offres partielles et trois globales. « Entre temps, quatre offres ont été améliorées, et c’est celles-ci qui ont été présentées durant l’audience du 22 juin dernier. Au total, il aura fallu quasiment sept heures pour entendre les repreneurs et répondre aux questions des administrateurs », explique Sébastien Tadiello, ancien avocat en reconversion de pilote de ligne. Le 2 juillet, c’est la libération, avec la désignation de Paris Flight Training (basé dans l’Essonne) pour reprendre les rênes de l’école de pilotage et la remettre sur les rails.


Reprise des cours en octobre

« On pensait que s’il y avait reprise, elle serait morcelée avec plusieurs investisseurs, c’est une belle surprise », se réjouit Antonin Oger, un élève. Trois des quatre sites sont conservés, seul celui de Cholet fermera ses portes. « Il accueillait une petite dizaine d’élèves, qui seront évidemment reportés sur les autres campus. » Les cours devraient redémarrer en octobre. Dans les grandes lignes, Paris Flight Training propose de rationaliser les contrats de formation, jusqu’alors très nombreux, et de les recentrer autour d’un programme unique. « La structure propose aussi un module de qualité plus élevé, en ajoutant un examen à la qualification de vol en équipage, ce qui permettra une employabilité plus élevée à la sortie. » Enfin, la flotte d’avions sera recentrée autour de 3-4 types d’appareils différents, contre 16 jusqu’à présent. Restera à régler l’histoire des heures de vols, qui avait provoqué des échanges houleux entre le collectif de défense des élèves et le président d’Agglo (et du Smad) Jean Dionis, suite à l’envoi d’une lettre de ce dernier. Antonin Oger explique : « Le 17 juin, quelques jours avant le passage au tribunal, le syndicat (propriétaire des locaux utilisés par Airways College, ndlr), a publié une lettre indiquant que si reprise il y avait, ce serait sous certaines conditions, à savoir des vols compris entre 9h et 12h puis de 14h à 17h, et pas le week-end. Les repreneurs ne s’y sont pas opposés, mais la manière de procéder donnait l’impression de leur mettre le couteau sous la gorge, empêchant toute discussion juste avant l’audience. Durant celle-ci, des échanges de sms ont permis de calmer le jeu, et trouver le bon timing pour parler aménagement des horaires. » En tout cas, l’objectif numéro un de sauver la formation des 217 élèves est déjà rempli...

87 vues0 commentaire