Aiguillon // Décès de la gendarme Mélanie Lemée : l’heure est au recueillement

Samedi soir, la jeune Mélanie Lemée, 25 ans, affectée à la à la brigade territoriale d’Aiguillon, a perdu la vie après avoir été percutée par un chauffard qui tentait d’échapper à un contrôle.

Une information judiciaire a été ouverte lundi, tandis que la profession est en deuil et les hommages pleuvent.

De nos jouralistes : Charlotte Charlier et Dimitri Laleuf

La brigade de gendarmerie d’Aiguillon où travaillait Mélanie Lemée est devenue un sanctuaire pour se recueillir


Il tenait à marquer le coup. Pour sa première journée en tant que ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a tenu à se rendre dans le département, à Port-Sainte-Marie, où la jeune gendarme Mélanie Lemée a perdu la vie dans la nuit de samedi à dimanche. Agée de 25 ans, et plusieurs fois championne de France militaire de judo, elle était originaire de Normandie et engagée dans la gendarmerie depuis 2015, affectée à la brigade territoriale d’Aiguillon. Particulièrement appréciée pour la qualité de son travail mais également pour son engagement, la jeune gendarme venait d’ailleurs de réussir l’examen d’officier de police judiciaire. Fraîchement nommé, le nouveau ministre de l’Intérieur est arrivé en début de soirée à la gendarmerie de Port-Sainte-Marie, où il a pu rencontrer le maire et la brigade. « Je suis venu dans ce département dès ma prise de fonction pour rendre hommage de manière générale aux forces de l’ordre, et particulièrement la gendarmerie nationale qui est endeuillée en ce moment par ce drame absolument affreux. Rien ne justifie qu’une jeune femme, qui sert la République au quotidien, connaisse ce sort. Ce soir je suis venu rassurer les gendarmes, et leur dire que nous pensons à eux » a-t-il déclaré à son arrivée. Gérald Darmanin a salué le sang froid des gendarmes du département qui, alors que leur collègue était à terre, ont interpellé le chauffard qui a percuté Mélanie Lemée.


« Elle avait ce charisme

et cette volonté d’aider les gens »

Depuis dimanche, les hommages s’enchaînent sur les réseaux sociaux. Les messages du nouveau Premier ministre Jean Castex, de l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ou encore du judoka Teddy Riner, se mêlent à ceux du grand public pour affirmer leur soutien aux proches de la jeune gendarme. « L’émotion a été vive, la gendarme Lemée était très très appréciée. Comme vous pouvez l’imaginer, tous ses camarades sont très affectés » déclare le colonel Laurent Villieras, commandant du groupement de gendarmerie du Lot-et-Garonne. Pour le maire de Port-Sainte-Marie, Jacky Larroy, l’événement est difficile à vivre. « J’ai été appelé sur les lieux quelques minutes après, donc je fais partie de ceux qui ont vu tout le déroulé du travail qui a été fait pour essayer de sauver Mélanie. C’était un moment très très dur. Au niveau de la population, les gens ne cessent de dire que Mélanie était une fille charmante et sympathique. Je crois qu’elle avait ce charisme et cette volonté d’aider les gens » confie-t-il. Une cagnotte Leetchi a été mise en place, avec déjà 1 200 participants et 24 500 € récoltés, pour lui offrir un hommage « à la hauteur de son dévouement, qu’il soit personnel ou professionnel » peut-on lire dans la description. Samedi 11 juillet à 15h, une marche blanche sera organisée au départ de la mairie d’Aiguillon. L’occasion pour ses collègues, sa famille et les habitants notamment, de se retrouver pour Mélanie.


Retour sur une nuit d’horreur

avec Manuella Garnier, procureure de la République d’Agen


"Se trouvant en patrouille sur la commune de Colayrac Saint-Cirq, les gendarmes du groupement de Lot-et-Garonne ont voulu procéder au contrôle d’un véhicule Renault Clio qui circulait à une vitesse excessive. Alors qu’ils avaient actionné leur gyrophare et leur avertisseur sonore, le conducteur du véhicule a accéléré et s’est enfui à très vive allure. Les gendarmes ont alors entamé une course-poursuite. Avisée de la direction prise par le véhicule, une autre patrouille de gendarmerie composée de deux militaires, a positionné un véhicule de service, gyrophare en fonctionnement, sur la route départementale 813 à hauteur de la commune de Port-Sainte-Marie. Un dispositif d’interception a été installé sur la route. Lorsque le véhicule en fuite est arrivé à proximité des herses, il s’est brutalement déporté sur la gauche, afin d’éviter le dispositif d’interception. Ce faisant, il a heurté l’un des deux gendarmes qui se trouvaient sur le bas-côté de la route. Le choc a été particulièrement violent. Ce gendarme est décédé quelques minutes plus tard, nonobstant la tentative de réanimation réalisée par les pompiers.


Choc à plus de 130 km/h

Après le choc, le véhicule a pris la fuite mais il a dû s’arrêter 400 mètres plus loin du fait du déclenchement des airbags. Le conducteur a tenté de prendre la fuite à pieds, mais il a été arrêté par les gendarmes et placé en garde à vue. Il s’agit d’un homme âgé de 26 ans, originaire du Lot-et-Garonne, sans profession, qui a déjà été condamné à trois reprises, notamment pour des infractions à la législation sur les stupéfiants et des infractions à la législation sur la circulation routière.

Confié à l’antenne d’Agen de la section de recherches de Bordeaux, l’enquête a permis d’établir que le mis en cause n’est pas titulaire du permis de conduire et qu’il transportait 165 grammes d’une poudre blanche qui devra être analysée mais qui est vraisemblablement de la cocaïne.

Par ailleurs, les constatations réalisées ainsi que les témoignages recueillis permettent d’estimer la vitesse de son véhicule, lorsqu’il a heurté la victime, à environ 130 à 160 km/h. Aucune trace de freinage n’a été constatée sur le lieu des faits.

Lors de sa garde-à-vue, il a reconnu les faits de refus d’obtempérer, et les a expliqués par le fait qu’il conduisait sans permis, sous l’emprise de stupéfiants mais également par le fait qu’il venait de faire l’acquisition de 150 grammes de cocaïne. Il a affirmé qu’il n’avait pas vu la victime et qu’il avait pensé que le choc était dû au dispositif d’interception de son véhicule. Il conteste bien évidemment toute intention d’homicide.

Une information judiciaire sera ouverte aujourd’hui (lundi 6 juillet) par le Parquet des chefs d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique, refus d’obtempérer aggravé par la mise en danger d’autrui, conduite sans permis, détention et transport illicites de produits stupéfiants en état de récidive légale. Un mandat de dépôt sera requis par le Parquet. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L’enquête va se poursuivre, des prélèvements sanguins ont été effectués.

Ce sera au juge d’instruction de prendre en charge la suite des investigations. »






49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube