Agropole : un nouveau président et le plein de projets

Paul Vo Van, qui vient de prendre la tête de la technopole agroalimentaire, s’est confié aux côtés du directeur général Sylvain Pineau, sur les chantiers à venir pour faire évoluer la structure.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Paul Vo Van (à droite) est le nouveau président d’Agropole Services. Il supervisera, avec le directeur général de la structure Sylvain Pineau, les nombreux et importants chantiers à venir.


Créée par Jean François-Poncet, l’Agropole a toujours été intimement liée au Conseil départemental qui reste aujourd’hui son principal financeur. Il est donc de coutume que le président d’Agropole Services, le vaisseau-amiral de la technopole spécialisée dans la filière agroalimentaire, soit issu de la majorité en place à Saint-Jacques. Bernard Barral n’ayant pas été réélu, la tâche échoit donc à Paul Vo Van. Ce dernier connaît bien le secteur puisqu’il est justement élu sur le canton d’Agen-Ouest. C’est aussi un architecte diplômé de l’INSA Strasbourg, connu surtout pour former des ingénieurs, ce qui lui confère un certain bagage scientifique et technique et pas seulement « un regard beaux-arts ». Il compte par ailleurs de nombreuses réalisations dans le milieu industriel. Autant d’états de service qui ont conduit à sa nomination à ce poste stratégique. Pour son intronisation toute récente, Paul Vo Van a salué le travail de ses prédécesseurs mais s’est surtout penché sur l’avenir, car de grands défis attendent la structure. « La crise a modifié la donne par rapport à la façon de se nourrir », confirme-t-il. L’accompagnement de l’innovation agroalimentaire n’aura jamais été aussi essentiel...


Modernisation

du site

Le rôle de « pôle ressource » ne peut être assuré sans installations à la hauteur. Et les bâtiments de l’Agropole commencent à montrer leurs limites. Un vaste chantier de modernisation est ainsi programmé. Il comprendra des aménagements paysagers, une amélioration globale des performances énergétiques, des axes pour le développement des mobilités douces, une mise à niveau de l’offre réceptive, une nouvelle proposition originale en matière de coworking, une conciergerie, de la restauration... Tous ces travaux, à l’image de ceux qui ont concerné l’auditorium, permettront au site agenais de maintenir toute son attractivité et s’étaleront sur la durée.

Du côté de la réserve foncière, il ne reste malheureusement plus beaucoup de terrains disponibles pour de nouvelles implantations. « Peut-être 4 ou 5 hectares », selon le directeur général Sylvain Pineau. Du coup, le regard se porte désormais « en dehors des limites géographiques ». Cela passera aussi par des programmes de réhabilitation de bâti existant comme alternative à la construction neuve quasi systématique.


Première technopole

« à mission »

Mais ce que l’architecte Paul Vo Van voit de plus essentiel encore, c’est « le chantier de la RSE ». Derrière l’acronyme se cache la Responsabilité sociétale des entreprises. Pour beaucoup d’établissements, c’est devenu incontournable. Mais certains vont encore plus loin. Depuis la loi Pacte, on parle notamment de « sociétés à mission ». Ces dernières entérinent dans leurs statuts, en plus du but lucratif, des objectifs sociaux et environnementaux clairs et ambitieux. « Nous souhaitons devenir la première technopole à mission de France. C’est tout le sens du projet Agropole 2030, qui doit nous permettre de nous projeter dans les grands défis de la décennie. Ce sera la colonne vertébrale du fonctionnement de demain », explique Paul Vo Van. Par cette démarche, l’Agropole veut à la fois montrer l’exemple et se servir de l’expérience accumulée pour accompagner des privés qui souhaiteraient s’engager dans le même processus.

Enfin, le nouveau président a fait part de sa volonté d’impliquer la structure encore plus dans la vie du territoire à travers des initiatives comme la fête de la science, les sessions de job-dating ou encore les visites de scolaires. « S’ouvrir au grand public, partager la connaissance, donner envie aux jeunes d’être employés ici... En faisant tout ça, on participe à rendre le territoire plus attractif. » Vous l’aurez compris, le mandat à venir s’annonce chargé !


L'Agropole en chiffres //

110 entreprises 2600 salariés 800 M€ de chiffre d’affaires en 2021
238 vues0 commentaire