Agen, capitale française du tourisme pendant deux jours

La ville-centre du Lot-et-Garonne a accueilli les 23 et 24 septembre derniers le tout premier congrès ADN tourisme, ce qui prouve son potentiel pour organiser de grands évènements.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Le congrès a attiré sur Agen pas moins de 730 personnes avec des retombées économiques fortes.


Ce n’était peut-être pas l’attribution des Jeux olympiques mais à l’échelle de la ville, « on a l’impression d’avoir gravi l’Everest ». C’est à la fois enthousiaste et soulagée qu’Aïno Repaci, la directrice de Destination Agen, revient sur l’organisation du tout premier congrès ADN Tourisme. Cette fédération, créée en mars 2020, regroupe tous les organismes institutionnels du tourisme aux niveaux intercommunal, départemental, régional et national. Malgré la concurrence de la très ensoleillée Menton et du spectaculaire Puy-du-Fou pour ce premier grand événement bisannuel, c’est bien Agen qui a décroché la timbale. « On a été choisi pour différentes raisons mais principalement pour la qualité et le bon dimensionnement de nos infrastructures, l’unité de lieu à proximité de l’autoroute et de la gare TGV », détaille Nadine Labournerie, élue communautaire et présidente de l’office de tourisme agenais. Derrière, il fallait néanmoins résister à la pression de ces grandes retrouvailles post-covid et tenir toutes les promesses. Car ils n’étaient pas moins de 730 à faire le déplacement jusqu’en Lot-et-Garonne : 480 congressistes, 150 exposants et une centaine d’invités ainsi qu’un membre du gouvernement en la personne du secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne... En plus d’une belle soirée de gala et un moment convivial au parc Walygator, une trentaine de temps-forts ont été proposés sur les deux jours pour aborder les nouveaux enjeux de la filière et valoriser les atouts français aussi bien auprès du public hexagonal qu’à l’international. « C’était très enrichissant, avec des moments mémorables comme le manifeste pour un tourisme durable », glisse Nadine Labournerie.


D’autres congrès à venir

Un programme copieux parfaitement orchestré par les équipes de Destination Agen. « On était vraiment aux manettes et cette expérience nous prouve qu’on peut le refaire. C’est une excellente carte de visite », avance Aïno Repaci. Au-delà de la thématique du salon ADN Tourisme, il faut surtout retenir qu’il s’agissait-là d’une manifestation de grande envergure. « On attend encore les retombées économiques mais elles promettent déjà d’être tout sauf négligeables », assure l’élue de l’Agglo d’Agen. La venue de très nombreuses personnes venues de toute la France, y compris de l’Outre-mer, est toujours une opportunité à saisir. « S’ils ont apprécié leur visite, les congressistes auront envie de revenir à titre privé pour leurs vacances, ils en parleront autour d’eux... C’est un cercle vertueux », détaille Aïno Repaci. D’où la volonté de retrouver au plus vite la gestion d’évènements. « On reste en veille permanente sur les appels à candidatures, on fait de la prospection. On a par exemple tenté d’attirer un congrès sur le tourisme fluvial, sans succès cette fois-ci mais ça finira par payer », révèle la directrice. Capitale du tourisme cette fois-ci, d’autre chose demain... Agen compte bien s’imposer sur la carte de France comme une destination de référence !


27 vues0 commentaire