Agen accélère son plan vélo

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Le maire Jean Dionis du Séjour et son adjoint aux nouvelles mobilités Nicolas Benatti ont détaillé les mesures qui seront rapidement prises en faveur du vélo.

S’il y a bien un sujet sur lequel on ne peut pas accuser Jean Dionis du Séjour de suivre la tendance, c’est bien le vélo ! Cycliste invétéré depuis de très nombreuses années, le maire et président de l’Agglo d’Agen se bat depuis ses premiers mandats pour développer l’usage du deux-roues sur le territoire. Fraîchement réélu pour la troisième fois, il a décidé avec toute son équipe de passer à la vitesse supérieure : « On lâche le frein à main pour faire du vélo le petit-prince de notre ville ! » Le Plan vélo 2020, dévoilé ce mercredi 10 juin, reprend les ambitions déjà grandes du programme électoral mais voit de surcroît son calendrier être accéléré suite à la crise sanitaire.


1 Soutien à l’achat d’un vélo électrique //

« Il y a une vraie rupture avec l’arrivée sur le marché des vélos à assistance électrique (VAE). Ça change considérablement les choses vis-à-vis des trajets domicile-travail. Tout d’un coup, ça devient jouable, même quand on a 10 km à faire », souligne Jean Dionis. L’Agglo a ainsi renouvelé ses chèques pour soutenir l’acquisition d’un VAE. Cela représente 200€ pour 200 engins, soit un total de 40 000 € soutenu en partie par l’Etat. L’an passé, ce même dispositif avait permis de subventionner plus de 350 vélos. Il sera très vraisemblablement renouvelé chaque année étant donné son succès auprès des habitants de l’Agglo et des retombées économiques pour les revendeurs de cycles locaux.


2 Aménagement de nouveaux parkings-vélos //

On en parle souvent pour la voiture mais très peu pour les deux-roues. Et pourtant, la question du stationnement est là aussi essentielle. Il existe à ce jour 557 places de parkings dédiées aux vélos, principalement dans le cœur de ville. Mais elles sont absentes ou insuffisantes dans plusieurs endroits stratégiques comme la gare ou les écoles, poussant les cyclistes à se garer comme ils peuvent, gênant parfois les piétons et aux usagers. « Je plaide coupable », admet Jean Dionis. Une centaine de places nouvelles seront donc créées sur ces sites dès l’automne pour un coût de 45 000 €.


3 Création progressive d’une « boucle verte » //

La question des infrastructures est toujours délicate car les coûts et les délais sont toujours très importants. « Un réseau cyclable parfait tout de suite, ce n’est pas possible. Ça se fait progressivement. On cible donc les tronçons les plus décisifs pour démocratiser l’usage », indique le premier édile. L’un des axes majeurs pour l’avenir sera la « ceinture » qui fera le tour du centre-ville. Certaines portions sont déjà bien aménagées mais il manque quelques raccordements. Afin de pouvoir proposer une solution immédiate et peu coûteuse, une expérimentation est proposée sur l’ancienne rocade, allant du rond-point Saint-Jacques à la Chambre d’Agriculture. La circulation voiture sera concentrée sur 2x1 voie afin de laisser de la place aux vélos. Une liaison Est-Ouest qui manquait.


4 Des vélos électriques en libre-service //

A l’image des Vélib’ ou Vcub, Agen passe aussi au vélo en libre service mais avec des engins électriquement assisté. C’est le délégataire de bus Kéolis qui assurera le service en implantant deux stations, à la gare et sur le campus Michel-Serres (piscine Aquasud). A l’aide de son smartphone ou de sa carte bleue, chacun peut louer un VAE ponctuellement ou via un abonnement pour faciliter ses trajets.


403 vues0 commentaire