Action Cœur de Ville : la mairie propose tous azimuts

Lors du conseil municipal du 8 octobre, le maire Guillaume Lepers a précisé les différents projets pour lesquels Villeneuve va demander des fonds.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Si les propositions sont nombreuses pour redonner de l’attractivité au centre-ville mais tout ne pourra pas être réalisé en un mandat.


On en sait un peu plus sur le projet de la municipalité villeneuvoise concernant « Action Cœur de Ville ». Lors du conseil qui s’est tenu jeudi 8 octobre à la maison de la vie associative, Guillaume Lepers est rentré un peu plus dans le détail des projets que son équipe va tenter de mener à bien. Le point de départ est un bilan pour le moins peu reluisant de la situation de la commune. « Notre situation financière n’est pas forcément rayonnante. Nos marges d’investissements sont peu élevées. C’est pourquoi il est indispensable de s’ouvrir à un maximum de financements extérieurs », explique le maire. L’autre point noir, ce sont les constats dressés par une étude : le cœur de la bastide pâtit d’une population précaire et renvoie une image négative, ses immeubles sont dégradés et vacants ce qui rend les investisseurs réticents, la vacance commerciale est importante, le stationnement et la circulation sont complexes, le riche patrimoine est trop peu valorisé, les constructions sont très denses et certains espaces délaissés permettent les trafics divers et les squats… « C’est un diagnoctic sévère mais qu’il faut entendre si on veut avancer », insiste Guillaume Lepers. Ce dernier veut ainsi lutter pour rendre à la cité son attractivité. Personne, pas même ses opposants, ne conteste la nécessité d’agir. Les débats se porteront plus sur le choix et la priorisation des projets.


« On ne pourra pas tout faire en un mandat »

Des décisions qui interviendront plus tard. Et pour cause, la majorité tente pour l’instant de présenter un maximum d’idées aux différents financeurs d’Action Cœur de Ville. « Il faut toujours avoir quelque chose dans la besace pour les éventuels appels à projets de l’Etat, même si on n’a pas les moyens de le faire seul. » De ce fait, les propositions d’aménagements de l’espace public sont nombreuses : le boulevard Georges-Leygues qui constitue l’entrée emblématique du centre-ville, les berges du Lot rive droite, places du 18-juin et de l’Amiral Courbet ainsi que le boulevard de la Marine, végétalisation du parvis Sainte-Catherine et de la place Lafayette font partie des secteurs ciblés. A côté de ça, certains îlots comme l’ancienne Viguerie pourront être visés par des requalifications. Un parcours touristique « balisé, accessible et confortable » est également au menu. De nombreuses autres actions viendront enrichir le programme sur les volets de la mobilité, du commerce, des services publics et de l’habitat.

« Je préfère prévenir tout de suite : on ne va pas promettre ce qu’on ne pourra pas faire. Tout d’abord, il est illusoire de croire que le centre-ville retrouvera un jour le trafic des années folles. Par ailleurs, toutes les réalisations mentionnées ne pourront pas se faire sur un seul mandat. Selon les subventions qui nous seront allouées, on définira des priorités. Toujours est-il que nous avons rencontré des financeurs. Et notre détermination à faire bouger les choses à Villeneuve leur a plu », révèle le premier édile. Affaire à suivre.


La venelle de Paris en premier jalon

Inconnue de l’immense majorité des Villeneuvois, la venelle de Paris est pourtant symptomatique des problèmes du centre-ville. Cette toute petite artère donne l’accès à de nombreux logements de la zone piétonne. Jusqu’à présent, elle était divisée en 32 parcelles, appartenant toutes à des propriétaires privés qui ne l’ont jamais entretenue. L’ancienne mandature avait amorcé un long travail pour racheter chacune de ces parcelles, travail qui touche à sa fin. La mairie va maintenant pouvoir y mener des travaux esthétiques et d’accessibilité. Cette initiative a pour but de mieux valoriser les appartements, pour certains vacants, aux yeux des investisseurs.


La 5G débattue en séance

Lors du conseil du 8 octobre, le groupe d’opposition Villeneuve en Commun emmené par Thomas Bouyssonnie a déposé une motion concernant la 5G, invitant l’assemblée à demander un moratoire au gouvernement sur la question. La majorité, pas forcément d’accord avec les positions de l’opposition, a déposé une seconde motion visant à encourager la mise en service de la 5G tout en veillant à ce que la couverture en 4G et en fibre optique se poursuive et notamment dans les zones les plus rurales.



1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube