A vos marques, prêts... « risquez » !

Après la déculottée reçue à Montferrand et une troisième défaite de rang, le SUA LG va tenter de lancer enfin sa saison avec la réception du Stade Français à Armandie. Défaite interdite pour les hommes de Christophe Laussucq...

De nore journaliste : Cyril Recondo

L’ouvreur Mathieu Lamoulie et ses coéquipiers devront montrer un autre visage contre le Stade Français pour espérer empocher leur première victoire de la saison.

"On n’est pas descendus du bus... » Comme une sale rengaine, les mots amers de Christophe Laussucq résonnent encore et toujours dans les têtes des supporters agenais 5 jours après la nouvelle défaite de ses protégés en terre auvergnate.

Pas la peine de parler de tactique, de physique, de style de jeu, le visage affiché par les coéquipiers de Romain Briatte durant quarante minutes fut celui d’une équipe de cadets opposés à des séniors. A ce rythme là, pas besoin des mesures anti-covid pour vider les travées d’Armandie.

«  Il y en a qui se donnent à 200% et certains qui malheureusement ne sont pas dans le match dès le début et cela pénalise l’équipe » a d’ailleurs fini par lâcher son capitaine désabusé traduisant par les paroles un sentiment presque de trahison tant ce groupe affichait des promesses sur le papier. Dans ces conditions, difficile pour Christophe Lausscq et son staff de trouver un levier pour sonner enfin la révolte. Il va pourtant lui falloir en trouver un et si possible très rapidement. Avec un seul point pris en trois journées, et en ayant affronté les mauvais élèves du Top 14 au moins dans le jeu, Castres et Pau, il est temps de signer une première victoire.


Donner un élan offensif

Pour y parvenir, il faudra enfin donner un élan offensif à une équipe qui a paru complètement perdue collectivement ces dernières semaines. Sans ballon, sans leader, sans vitesse, la tâche s’annonce ardue. Les années de frilosité en alignant des joueurs certes propres mais sans goût du risque ont fini petit à petit, sournoisement, par conduire cette équipe dans une impasse. Le staff actuel se trimballe en la matière un lourd héritage. Agen n’a pas de pattes, Agen n’a pas de joueurs capable de créer de l’incertitude, seulement des profils de bulldozers qui malheureusement n’écrasent personne. Pire pour eux, leur atout principal dans ce domaine, Laurence Pearce, toujours lui dans l’avancée, semble bloqué à la case infirmerie. Sans prise d’initiative, sans un grain de folie, et sans une vraie dimension collective, le Sporting va avoir du mal à s’en sortir. L’Aviron l’a compris avant lui tout comme La Rochelle l’avait fait quelques années auparavant. Sans guère plus de moyens mais en se disant peut-être que le rugby pouvait aussi laisser sa place à des joueurs d’instincts où leur la qualité première est l’attaque plutôt que la défense. Comme un symbole, la première éclaircie agenaise face à Clermont vint d’une combinaison en touche atypique. Le reste... Des sorties de camp toujours prévisibles où l’adversaire n’a qu’à gentiment attendre la faute des Bleu et Blanc il est vrai spécialistes en la matière, des mouvements offensifs réduits à la part congrue sans imagination ni inspiration, un jeu au pied inexistant si ce n’est pour assurer le minimum, aucune prise d’initiative... Pauvre, très pauvre...


Jouer pour gagner

Alors quelle arme reste t’il donc au SUA LG pour enfin lancer sa saison ? La fierté ? Pourquoi pas... La médiocrité de certains de ses adversaires dans la course au maintien ? Sûrement... Jouer pour gagner plutôt que jouer pour ne pas perdre ? A coup sûr ! La nuance est aussi fine me direz-vous qu’une interview d’après défaite de Christophe Urios. Samedi, il serait bon de la saisir. Tout comme l’opportunité de battre un Stade Français sans inspiration mais terriblement solide physiquement. Castres, où prendre un risque équivaut à sauter en parachute d’une échelle de 50 cm de haut, en a fait l’amère expérience. On vous le dit aussi sec, tant mieux. Et comme le disait Charles Calbet, ancien apôtre du jeu agenais, à ses jeunes ouailles à une époque pas si lointaine, « celui qui prend des risques perd parfois, celui qui n’en prend pas perd toujours... » Alors si pour une fois, ce samedi, on avait la sensation que cette équipe avait retrouvé ce qui dans le passé faisait sa grandeur... Alors à vos marques, prêts, risquez !



18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube