A l’heure du pragmatisme

Après son premier succès face à Aurillac, le SUA LG se rend chez un autre concurrent direct dans la course au maintien, Carcasonne. Avec le secret espoir de confirmer son renouveau...

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Loris Zarantonello et ses coéquipiers espèrent connaître les mêmes scènes de joie ce vendredi à l’issue de la rencontre face à Carcassonne


"Dès samedi matin, j’ai montré aux gars le classement de la Pro D2 ». Sylvain Mirande a beau être un tout jeune patron, sa nouvelle fonction ne lui a pas enlevé sa principale qualité : celle d’un garçon les pieds bien ancrés au sol. C’était déjà vrai lorsqu’il était joueur, et ça semble être encore le cas aujourd’hui.

Il faut dire que passé la belle troisième mi-temps de vendredi soir après ce premier succès tant attendu, le staff agenais a dû, une fois de plus, se tirer les cheveux à quelques reprises au moment de visionner la prestation de ses ouailles. A vrai dire, la copie rendue par les protégés du tandem Mirande-Ortiz ressemblait comme deux gouttes d’eau aux précédentes : brouillonne dans le jeu, stérile offensivement. Bref, fébriles, les Bleu et Blanc ont vu une fois de plus le vent de la défaite souffler très fort au-dessus de leurs courges.

Reste que cette fois-ci, les rebonds sont tombés du bon côté et la malchance a enfin choisi un autre camp. Et voilà donc cette équipe, en perdition il y a à peine une semaine encore, gonflée à bloc à l’heure de se déplacer chez un adversaire largement à sa portée, Carcassonne.


Enchaîner

les résultats positifs

Avec seulement deux victoires au compteur cette saison dont une seule à domicile et un match nul, les hommes du coach Labit ont bien du mal, eux aussi, à trouver la bonne carburation. Il faut dire que cette saison, contrairement aux précédentes, son visage a bien changé : habituée à s’appuyer sur de vieux briscards venus dans l’Aude s’offrir un dernier challenge, l’USC a rajeuni cette saison son effectif et semble manquer, comme Agen d’ailleurs, de vrais patrons sur le terrain. Résultat, si cette équipe a pour elle un état d’esprit irréprochable, elle a bien souvent du mal à maintenir un cap : « C’est une formation très rugueuse où le combat occupe une place importante », admet Sylvain Mirande. « Leur jeu est bâti sur le défi, c’est clair. On ne s’attend pas à de grandes envolées. En même temps, on est aussi un peu dans cette situation de notre côté. On fait au plus simple notamment dans notre camp pour éviter de s’exposer. C’est pas du grand rugby, je vous l’accorde, mais pour l’heure on cherche à retrouver de la confiance. Et pour ça, il faut enchaîner les résultats positifs. » Pragmatique, Sylvain Mirande sait que pour revoir un Sporting capable de produire un jeu plus abouti, il faut vite se sortir de cette dernière place qui lui colle à la peau. Une victoire à Carcasonne et Agen pourrait enfin prendre son envol. Une façon de battre de l’aile, mais dans le bon sens cette fois...


Le groupe //

Mise en concurrence

Après la victoire face à Aurillac, le Duo Mirande-Ortiz a décidé de faire tourner sur certains postes et d’offrir du temps de jeu à tous avec en ligne de mire le dernier match du bloc jeudi prochain face à Montauban. En première ligne, Vanai devrait débuter à gauche tandis que Martinez de retour de suspension pourrait retrouver son poste de titulaire au talon. En seconde ligne, Maravat pourrait être aligné avec William Demotte, auteur d’une entrée convaincante face à Aurillac. Derrière, Le jeune Gailleton devrait connaître une troisième titularisation de rang, très certainement au côté de l’homme en forme du moment, Ramoka. Enfin le dernier rempart devait être Loris Tolot de retour de blessure.

102 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout