A Bon-Encontre, on prend les mêmes et on recommence

Les quatre candidats en lice au premier tour des élections de Bon-Encontre repartent tous pour le second tour. Le suspense est à son comble, tandis que les candidats doivent adapter leur campagne à la crise sanitaire pour faire la différence auprès des habitants.

De notre journaliste : Charlotte Charlier


Laurence Lamy souhaite renouveler le score du premier tour


Arrivée en tête, Laurence Lamy aborde ce second tour de manière plutôt sereine. « Nous sommes confiants par rapport aux résultats du premier tour » affirme-t-elle. Elle regrette forcément comme ses adversaires, le taux d’abstention de 56,22 %, un record pour la commune. « Personne ne peut en être heureux. On a sorti un prospectus dédié au vote par procuration, pour inciter les gens qui ont peur de se rendre aux urnes à anticiper. Nous avons besoin d’un taux de participation important pour assurer notre légitimité » raconte la candidate. Avec un entre-deux-tours bien plus long que prévu, celle qui s’inscrit dans la lignée du maire actuel Pierre Trey d’Ousteau, regrette d’observer des changements dans les programmes voisins. « J’ai trouvé dans ma boite aux lettres le nouveau programme d’un adversaire, qui n’a rien à voir avec les précédentes propositions. Une liste à la Prévert de tout ce qu’un candidat peut promettre », regrette la vice-présidente du Conseil départemental. Pour sa part, aucun changement à noter, ses 66 engagements restent les mêmes. Laurence Lamy peut compter sur son équipe « plus motivée et soudée que jamais » à l’abord de ce second tour.


Pascal Rayssac : « tout est jouable »

Dans cette quadrangulaire, on retrouve Pascal Rayssac, arrivé second au premier tour de ces municipales version 2020 bien particulières, avec 11 points de retard sur la candidate en tête. Pas de quoi le décourager, bien au contraire. Ce dernier a mis entre parenthèses sa carrière d’éducateur début juin, pour se consacrer pleinement à la campagne du second tour. « J’ai de bons espoirs, on travaille dur pour mobiliser le plus d’électeurs possible, malgré les conditions » raconte le candidat. Avec 200 voix qui le sépare de la première, « tout est jouable ». Pour sa campagne, très peu de porte à porte mais Pascal Rayssac et sa liste ont beaucoup utilisé le phoning et les réseaux sociaux pour continuer à rassembler. S’il se préparait plutôt à ce que le second tour ait lieu à l’automne, l’éducateur spécialisé de profession comprend l’importance de sa tenue le 28 juin. « Au vu de la situation économique, il faut que ça aille vite pour débloquer les enveloppes des communes, nous sommes dans une situation d’urgence » constate-t-il. Le candidat se dit prêt à relever le défi pour faire la différence au second tour.


Christophe Vidal a hâte d’en découdre

Avec des scores serrés entre les trois premiers candidats, Christophe Vidal a encore sa carte a jouer. Si sa liste s’est bien évidemment mise en stand-by pendant au confinement, en attendant les directives pour le second tour, elle s’est relancée dans une campagne éclair en grande partie à travers les réseaux sociaux. Mais sans réunion publique ni tractation, difficile de toucher toutes les cibles. « Le premier tour aurait dû être annulé, pour reprendre la totalité de l’élection à la rentrée » regrette le candidat, qui craint que le taux d’abstention se maintienne à ce niveau record. Si une possible fusion avec la liste de Pascal Rayssac a été au coeur des discussions pendant un temps, Christophe Vidal a préféré décliner cette proposition, portant les valeurs de gauche à Bon-Encontre. Soutenu par le PC, PS et EELV, le conseiller municipal sortant a « hâte d’en découdre au second tour ». Il pourra compter sur son équipe, qui mixe la jeunesse et l’ancienne génération, pour espérer améliorer son score du premier tour qui l’avait laissé sur sa faim.


Didier Mestre pour un élu d’opposition RN ?

Arrivé en queue de peloton au premier tour, le candidat investi RN ne lâche pas le morceau. Plutôt surpris des résultats, qui sont selon lui peu représentatifs de l’électorat de Bon-Encontre, il regrette que deux des trois listes concurrentes à la sienne n’aient pas dévoilé leur appartenance politique. « C’est dommageable pour les électeurs. C’est ce goût amer du premier tour que je retiens » confie-t-il. Affichant son étiquette et ses valeurs, le candidat a remobilisé ses colistiers pour continuer la campagne. « Certains ont été touchés par le Covid mais ils sont rétablis et motivés comme au premier jour » raconte la tête de liste. Avec une campagne limitée, le web a été l’outil clé pour Didier Mestre et sa liste. Tout comme Christophe Vidal, il considère que le premier tour aurait dû être annulé et l’échéance reportée au maximum, afin que les habitants « soient sortis de la torpeur du Covid » et ainsi obtenir un résultat électoral représentatif. Malgré tout, Didier Mestre se réjouit que cette première présentation pour le RN sur une élection locale à Bon-Encontre, lui permette de se maintenir au second tour. « Cela peut augurer un élu d’opposition RN » projette-t-il.


Résultats premier tour //

Laurence Lamy « S’unir pour Bon-Encontre » 38,18% Pascal Rayssac « Vivre à Bon-Encontre » 27,24% Christophe Vidal « Bon-Encontre demain » 21,16% Didier Mestre « La proximité au service des Bon-Encontrais » 13,40% Abstention : 56,22%

175 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube