A Agen, l’immobilier marche toujours aussi fort

« A la sortie du confinement, on ne touchait pas terre... » Sébastien Etienne, de La Clé, ne se remet toujours pas du rythme infernal de la reprise. Avec un calendrier de rendez-vous surchargé, le mois dernier fut tout simplement exceptionnel pour beaucoup d’agents de la préfecture lot-et-garonnaise. Presque historique. La situation pré-Covid, dans la lignée de la cuvée 2019, montrait déjà un marché immobilier très dynamique. Mais la fin de la parenthèse sanitaire n’a fait qu’accentuer le phénomène de manière notable. « On a constaté une augmentation de 25% à 30% de l’activité », précise Hervé Morlière, gérant de L’Adresse. Derrière ce boom spectaculaire se cachent plusieurs explications.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

1 // La superposition des affaires

Pendant le confinement, plusieurs actes ont pu être finalisés grâce à la signature électronique. Les visites ont toutefois été interdites. Les acquéreurs pas encore tout à fait décidés ont ainsi dû prendre leur mal en patience jusqu’en mai pour reprendre leur quête du logement idéal. A ceux-ci s’ajoutent les clients naturels de cette période de l’année. « La fin du printemps est toujours un moment charnière. C’est là que s’opèrent les mutations et les gens tiennent à être installés avant la rentrée », expliquent Clémentine Villepigue et Nicolas Carrère, de Côté Particuliers.

Cerise sur le gâteau, le nombre très important de visites se convertit en transactions. Là encore, la crise traversée n’y est pas totalement étrangère. « Certaines personnes hésitantes ont pu prendre le temps de la réflexion, de se poser des questions sur leurs aspirations. Elles sont arrivées avec des projets plus précis, permettant d’accélérer les démarches lorsque l’on a pu les accueillir de nouveau », souligne Laetitia Dalché, responsable de l’agence Souillé Frères.


2 // Toujours plus de nouveaux arrivants

Le marché agenais était déjà animé par un solide turnover local, lié aux évolutions de carrière et familiales. Il se voit de plus en plus dopé par l’arrivée de clients extérieurs à la région. « On voit des gens arriver de Bordeaux, de Paris et même de la Côte d’Azur avec l’intention de changer d’air, de recommencer leur vie ailleurs. Ils se retrouvent ici avec un important pouvoir d’achat. Qu’il s’agisse de jeunes retraités ou d’actifs qui ont goûté aux joies du télétravail, le territoire est pour eux une belle source d’opportunités à saisir. Le marché de prestige fonctionne à nouveau très bien », note Hervé Morlière.

Les investisseurs locatifs reviennent aussi en force, grâce aux jolis taux de rentabilité agenais et aux récents aménagements structurants de l’Agglo (fibre optique, TAG, échangeur autoroutier...). « Le point très positif, c’est que tous les produits se vendent avec tous les profils d’acquéreurs, du primo-accédant aux grosses opérations d’investissements. Cela va de l’appartement de centre-ville au pavillon de périphérie en passant par les maisons bourgeoises et les villas avec piscine. Le critère essentiel, c’est de rester à maximum 15-20 minutes du centre d’Agen pour les commodités », analyse Sébastien Etienne. « Seuls certains chefs d’entreprise se rétractent de leur projet, préférant garder de la trésorerie pour leur établissement », nuance Clémentine Villepigue.


Le point très positif, c’est que tous les produits se vendent avec tous les profils d’acquéreurs, du primo-accédant aux grosses opérations d’investissements. Cela va de l’appartement de centre-ville au pavillon de périphérie en passant par les maisons bourgeoises et les villas avec piscine.
Sébastien Etienne, gérant de La Clé

3 // Des prix qui demeurent stables

Paradoxalement, cette forte demande ne coïncide pas avec une flambée des prix. Hormis une légère hausse sur les immeubles d’investissement, tout le reste demeure très stable. « On observe même que les acquéreurs sont encore plus durs en négociation. Ils tentent de faire fléchir les vendeurs plus qu’auparavant », indique Hervé Morlière. Mais il ne faut pas s’y tromper. Ces prix accessibles sont bien l’une des premières sources d’attractivité pour l’agglo.


4 // L’embellie sera-t-elle durable ?

Reste maintenant à savoir si cette période très fructueuse va se poursuivre. « On risque d’observer un retour à la normale pendant l’été. Le vrai juge de paix sera la rentrée de septembre », clament à l’unisson plusieurs agents emblématiques. Un élément risque de s’avérer décisif : la capacité des banques à jouer le jeu en maintenant des conditions d’accès au crédit favorables.

258 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube